m

Aenean sollicitudin, lorem quis bibendum auctor, nisi elit.

m
Image Alt
Les agriculteurs se retrouvent seuls sur le banc des accusés

Les agriculteurs sont-ils les seuls responsables de la pollution de l’environnement avec les produits phytosanitaires ?

Clairement non. Toute la société est concernée. Les produits phytosanitaires sont utilisés également pour l’entretien des voies de chemin de fer et des espaces verts, dans les produits de traitement du bois, dans certaines peintures, et dans les jardins amateurs. La responsabilité doit être portée par tous, mais particulièrement par le secteur agricole.

Toute la société est concernée

Les domaines d’utilisation des produits phytosanitaires sont nombreux. L’utilisation des produits phytosanitaires de synthèse par les jardiniers amateurs est très problématique, car ils n’ont pas de formation à ce sujet. En conséquence, ils utilisent souvent ces produits de manière inadéquate ou en trop grandes quantités. Par contre, les agriculteurs ont l’obligation de se former pour avoir le droit d’utiliser ces produits.

Dès 2020, une interdiction de certains produits phytosanitaires a toutefois été introduite pour les utilisations « non professionnelles », cela concerne donc les jardiniers amateurs. Cette interdiction est bien sûr réjouissante, mais devrait être accompagnée de conseils professionnels dans les jardineries.

Dans les rayons des jardineries, il y a, outre quelques pesticides naturels, encore énormément de produits phytosanitaires de synthèse.

L’agriculture doit être pionnière et proactive dans la recherche de solutions

Ce n’est pas parce que les agriculteurs ne sont pas les seuls responsables qu’ils ne sont plus responsables… L’agriculture étant la principale utilisatrice de ces produits, il lui revient d’être autant plus pionnière et proactive dans la recherche des solutions aux problèmes constatés que les autres secteurs. Mais les stratégies visant à réduire le recours aux produits phytosanitaires de synthèse doivent être développées par tous les secteurs d’activité.

Les CFF, par exemple, étudient des solutions alternatives au glyphosate avec pour objectif de renoncer aux herbicides de synthèse d’ici 2025.

Les CFF Chauds pour l’arrêt du Glyphosate !

Mise à jour 11.02.2022